Le village de l'Allemand

Auteur : Boualem Sansal 
Edition : NRF
Parution : 2008
Pages : 264


Les narrateurs sont deux frères nés de mère algérienne et de père allemand.



Ils ont été élevés par un vieil oncle immigré dans une cité de la banlieue parisienne, tandis que leurs parents restaient dans leur village d'Aïn Deb, près de Sétif. En 1994, le GIA massacre une partie de la population du bourg. Pour les deux fils, le deuil va se doubler d'une douleur bien plus atroce : la révélation de ce que fut leur père, cet Allemand qui jouissait du titre prestigieux de moudjahid.


Avis :


Ça fais déjà plus d'une semaine que j'ai fini ce livre et je ne sais toujours pas à quoi m'en tenir. J'ai à la fois bien aimé et à la fois détesté ce livre. Je ne me pencherais ni sur l'un ni sur l'autre, parce qu'il est peut-être plus bouleversant que je ne me laisse croire et que au final si je reste sur mes gardes quant à mon opinion c'est seulement parce qu'il m'a retourné l'estomac.

Boualemn Sansal écrit dans ce livre une vraie confrontation entre le passé et le présent, le tout rythmé par le témoignage de Primo Levi. Ce livre est une réponse à son poème, un appui et une critique. Il nous montre ce qui arrive quand notre passé est caché aux yeux de certains et comment cette ignorance peut devenir un avantage pour la manipulation. Les deux frères Schiller découvrent comme leg le secret sur le passé de leur père et réagiront différemment à ces révélations. Le premier frère est bouleversé, il ne sait comment réparé l'horreur de la guerre à laquelle son père a participé et va retracer son parcours pour comprendre les raisons de son père. Et au final perdre la sienne. Le jeune frère tenu lui-même dans l'ignorance de la Seconde Guerre Mondiale réagira différemment à cette révélation. En découvrant toute cette partie de l'histoire qui lui était inconnu, il mettra en commun l'holocauste et la monté en puissance de l'islam dans la cité, pour finir par arriver à la même conclusion que Primo Levi, les gens doivent savoir pour ne pas reproduire les erreurs du passé.

Dans son contenu et sa thématique j'ai vraiment aimé ce livre, il fait beaucoup réfléchir. Mais. Parce qu'il y a toujours un mais. J'ai eu du mal avec le style d'écriture. J'ai trouvé les passages du journal de Rachel beaucoup trop détaillé et pointilleux. Même si tous ces détails donnent un certain style, je les ai trouvé de trop. Beaucoup de moment étaient vraiment longuets et j'en ai lu certains de biais. Et comme je n'aime vraiment pas sauté des lignes je me suis vraiment demandé si je n'allais pas abandonné ma lecture mais comme c'était déjà la deuxième fois que je tenté un Boualemn Sansal j'ai tenu bon. Je ne retenterais pas l'expérience Boualem Sansal, je n'ai vraiment pas aimé le style d'écriture.

En conclusion Le village de l'allemand m'a fais beaucoup réfléchir mais je l'ai trouvé trop long.

Si c'est un homme de Primo Levi


Vous qui vivez en toute quiétude
Bien au chaud dans vos maisons,
Vous qui trouvez le soir en rentrant
La table mise et des visages amis, 
Considérez si c'est un homme
Que celui qui peine dans la boue,
Qui ne connaît pas de repos,
Qui se bat pour un quignon de pain,
Qui meut pour un oui pour un non.
Considérez si c'est une femme
Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux
Et jusqu'à la force de se souvenir,
Les yeux vides et le sein froid
Comme une grenouille en hiver.
N'oubliez pas que cela fut,
Non, ne l'oubliez pas :
Gravez ces mots dans votre cœur.
Pensez-y chez vous, dans la rue,
En vous couchant, en vous levant ; 
Répétez-les à vos enfants.
Ou que votre maison s'écroule,
Que la maladie vous accable,
Que vos enfants se détournent de vous.


Voilà un petit article j'espère que ça vous aura plu, et si jamais ça vous a déplu dites-moi ce qui était vraiment pas bien. Je commence et j'aimerais connaitre votre avis, pour m'améliorer. merci d'avance bisous ! 
PS : avec les cours je ne suis pas très bien organisé désolé pour le temps entre les articles.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Lire d'autres horizons