MENU

Riguel le Téméraire : un peu de froid !


    Cela fait longtemps que je ne suis pas passée par là, vraiment désolé ! Pourtant mes journées ont été fructueuses de lecture ! J’ai beaucoup de chose à vous présenter, l’année scolaire touche à sa fin et je pourrai bientôt me re-consacrer totalement à livrebaladeur. Mais pour remettre le pied à l’étrier j’ai décidé de vous présenter une de mes dernières lectures. En janvier dernier, M. Dopffer m’avait proposé de lire sa nouvelle Orglin la primitive, une des premières nouvelles qui composeront plus tard un recueil je l’espère. Il y a peu il m’a proposé de lire la dernière publié : Riguel le Téméraire. 


Les anciens du clan se plaisent à raconter, à la lueur du foyer dans leurs huttes, que c’est dans le Désert Blanc de Svalbard que la première étincelle de vie a été initiée sur Barcil. Ces contrées monochromes, rudes comme les traditions de son peuple, sont à l’image du monde originel façonné par la Mère, créatrice de toutes choses. 
C’est en hommage à Svanhyel, le Dieu des Glaces, que les jeunes s’aventurent dans le Désert Blanc. L’accomplissement du Rituel des Guerriers permet à chaque adolescent d’être reconnu par les combattants du clan comme un des leurs… et de porter les armes. De cette épreuve naît, et se forge, le caractère des guerriers svalbardiens. 
Riguel, un jeune et courageux barbare, s’élance à son tour pour exécuter le rite. Seul, il sillonne le Désert Blanc, au nord des dernières terres civilisées du monde. Comme un mantra, une idée unique le guide dans cet inconnu hostile : avancer sur les terres gelées pour y débusquer un ours blanc… et revenir déposer sa tête aux pieds du chef de son village. Ainsi seulement pourra-t-il se battre auprès des siens et participer aux razzias sur les terres fertiles de Tigyl. 
Face à sa conscience, ses angoisses et ses ambitions, le jeune homme progresse des jours durant sur la glace éternelle à la recherche de son trophée. Car il le souhaite à la hauteur de ses rêves, à la hauteur de son courage. 
Riguel aura-t-il la force de relever le défi du Rituel des Guerriers ? Quels sont les secrets que le jeune barbare découvrira dans le Désert Blanc ? 




    Tout comme dans Orglin la primitive ce qui m’aura le plus marqué lors de ma lecture est la plume. Fluide, envoûtante, on laisse défiler les mots. Les descriptions sont fournies et pourraient donner le tournis mais je n’ai rien ressenti de la sorte. On se laisse captiver par des mots qui peuvent paraître complexes mais qui sont justes. C’est le pouvoir de la plume de cet auteur : mettre le doigt sur les mots justes pour expliquer son histoire. 

    Après avoir lu deux de ses nouvelles j’ai vraiment hâte de voir ce que donnera le recueil. Car comme la plume nous emporte, je vois ces histoires un peu comme des légendes. Cela m’a rappelé le recueil de nouvelle de Neil Gaiman : La mythologie viking. L’auteur crée des légendes à travers ces nouvelles, il crée des histoires qu’un vieux sage raconterait aux plus jeunes. Elles sont empruntes de morales et d’espoir. Je l’ai particulièrement ressenti ici. Alors que je lisais cette nouvelle je pensais à cette morale. Je me demandais quelle relation à la nature était la plus raisonnable. Je me demandais même si ces guerres de clans n’étaient pas « meilleures » que nos guerres. Je me demandais si ce rituel plutôt barbare au premier abord n’était pas quelque chose qui nous manquait. Cette lecture m’aura fait réfléchir plus que je ne le pensais et cela en seulement 45 pages… 

    Alors même si l’histoire est courte le message est fort et me donne envie d’en redemander. J’espère que d’autres histoires viendront avec tous les personnages que l’on rencontre dans ces nouvelles. J’espère que l’on suivra de nouveau leur destin. Ou que l’on découvrira comment ils ont changé le destin d’autres personnes. Car voilà toutes la chose : transmettre un savoir, une histoire pour créer quelque chose de nouveau et de peut-être plus harmonieux. 

    Je tenais à remercier M. Dopffer pour m’avoir de nouveau proposé de lire son œuvre. Je ne peux que vous la recommander. Je vous laisse juste en dessous un lien pour vous procurer ses écris. J’espère que ces retrouvailles vous auront plu. Qu’avez-vous lu de beau et d’envoûtant ces derniers temps ? 


Auteur : Jean-Marc Dopffer
Parution : mai 2020
Pages : 63
Genre : Fantasy

Wicked : la véritable histoire de la méchante sorcière de l'Ouest


C’est un livre dont j’ai énormément entendu parler, surtout par le fait qu’il était en rupture de stock chez les éditeurs. Et l’espoir d’avoir de nouveau un jour une publication française était mince. Alors quand j’ai entendu parler de sa republication je n’ai pas hésité. D’ailleurs il a été très vite en rupture dans les petites librairies également. Mais une fois commencé quelque chose à bloquer. 



Dans le magicien d'Oz, Dorothée triomphe de la Méchante Sorcière de l'Ouest. Mais nous n'avions que cette version de l'histoire...
Qui est vraiment cette mystérieuse sorcière ? Est-elle donc si méchante ? Comment a-t-elle hérité de cette terrible réputation ? Et si c'était elle, la véritable héroïne du monde d'Oz ? 

J’ai commencé Wicked en octobre, je l’ai fini en février. Je n’ai fait que le prendre puis le délaisser. L’histoire me plaisait mais je n’avais pas la tête à ça et je finissais par le laisser tomber au profit d’un autre. Tout d’abord ce n’est pas un livre avec beaucoup d’action. On est extrêmement passif. On ne suit pas le point de vue d’Elphaba mais de personnes qui la côtoient à ce moment de sa vie. On ne sait pas vraiment quelles sont ses pensées. On est impuissant, on regarde l’histoire se dérouler, les changements et bouleversements arriver. Retrouvaille puis séparation. Et on arrive au ¾ du livre on se demande bien quel est le but de la chose. Puis la fin. On arrive sur la fin du film qu’on connait si bien. Je savais que cela remettait en cause l’histoire du magicien d’Oz mais je ne pensais pas à ce point. Cela m’a énormément embrouillé. Et je pense que la confusion que cela a créée en moi est principalement due aux personnages. Contrairement à ce que nous dit le résumé, je n'est pas vu Elphaba comme une héroïne bien au contraire. 

On suit Elphaba durant toute sa vie, de sa naissance à sa mort à presque 40 ans. On s’attend à une vision de l’évolution du personnage. Mais j’avais plus l’impression qu’elle ne changeait pas. Ou tout du moins qu’elle s’enfonçait de plus en plus dans la mentalité d’un enfant et non d’un adulte qui se veut responsable. Ses actions à la fin sont plus des caprices alors que durant son adolescence elle paraissait beaucoup plus réfléchie. Elle était déjà impulsive et paranoïaque mais à ce moment-là elle le devient beaucoup trop. Elle voit le complot partout et le fait de n’avoir pas reçu l’amour de sa famille la rend incapable d’en donner à son tour. Au final oui je l’ai trouvé très égoïste, j’aurai espéré qu’elle soit à même de plus de recul. Sa mort est l’entière faute de sa paranoïa. 

Le texte renferme très surement de nombreuses dénonciations de notre monde mais elles doivent être beaucoup plus compréhensible en anglais. Je n’ai pas su les trouver en français. Je tentais de m’accrocher à certains thèmes lorsque je les trouvé mais plouf, il finissait toujours pas retomber et me décevoir. Ce doit être un livre également complexe en anglais, je ne me lancerais pas dans la suite car les tournures de phrases et le langage utilisé ne doivent pas être à la portée de tous. Pourtant la plume reste fluide, assez entraînante. Peut-être trop, elle ne prend pas le temps de faire les choses comme il faut. 

Un livre que je voulais vraiment apprécier, auquel je me suis accrochée et qui m’en laisse un goût amer… Je pensais l’avoir apprécié un minimum mais je constate que ce n’est pas le cas. Peut-être est-ce dû au fait que je l’ai lu en plusieurs parties. Je ne vous le conseil pas forcément, il est déjà compliqué à trouver, peut-être la pièce de théâtre est-elle plus intéressante. 

Auteur : Gregory Maguire
Edition : Bragelonne
Parution : 2009-2019
Pages : 495

[Série / Film] Bilan du mois de Mars

Bonjour ! Eh bien nous sommes tous en confinement… Alors il faut le dire pour beaucoup on aura le temps de regarder des séries ! Aujourd’hui je vais donc vous présenter mon bilan série/film du mois de mars en espérant que cela vous donnera des idées !



Ralph 2.0


Ralph et son amie Vanellope von Schweetz vont prendre tous les risques en s’aventurant dans l’étrange univers d’Internet à la recherche d’une pièce de rechange pour réparer la borne de Sugar Rush, le jeu vidéo dans lequel vit Vanellope. Rapidement dépassés par le monde qui les entoure, ils vont devoir demander de l’aide aux habitants d’Internet...

Un Disney que je voulais voir depuis un moment. Ce n’était pas tout à fait ce à quoi je m’attendais. Quand on regarde la bande annonce on voit la scène avec les princesses Disney et je pensais qu’il y aurait bien plus de lien avec elles mais non. Pourtant j’ai bien aimé le message. Et cette vision de l’internet est assez intéressante. Toutefois, le côté commerciale de Disney ressort énormément… Je ne sais pas combien ils ont dû gagner pour la pub qu’ils ont fait mais tous les plus gros sont en bonne place.




Mary Shelley


En 1814, Mary Wollstonecraft Godwin entame une relation passionnée et scandaleuse avec le poète Percy Shelley et s’enfuit avec lui. Elle a 16 ans. En 1816, le couple est invité à passer l’été à Genève, dans la demeure de Lord Byron. Lors d’une nuit d’orage, à la faveur d’un pari, Mary a l’idée du personnage de Frankenstein. Dans une société qui ne laissait aucune place aux femmes de lettres, Mary Shelley, 18 ans à peine, allait révolutionner la littérature et marquer la culture populaire à tout jamais.

Totalement différent du Disney mais qui revendique tout de même l’importance des femmes. Ce film raconte l’histoire de Mary Shelley, celle qui a écrit et créé Frankenstein. Un film que j’ai trouvé très beau, une actrice que j’apprécie toujours autant. Après avoir vu ce film j’ai envie de lire Frankenstein pour découvrir et comprendre cette solitude sous-jacente à son œuvre.



I am not okay with this S1


Sydney, son quotidien fait de moments honteux au lycée, de soucis familiaux, d'amour à sens unique pour sa meilleure amie... sans oublier ses nouveaux super-pouvoirs !

Première série du mois. Je me suis lancée sans trop savoir. Une première saison hyper introductive. Je vous conseil d’attendre la saison deux pour vous lancer. Le rôle principal revient à une des actrices du film Ca. Des relents de Carrie de Stephen King. Une série pour le moins sans prise de tête et pas très poussée qui promet tout de même des choses sympas pas la suite.



Girls S3-4

L'entrée dans la vie active de quatre jeunes filles d'une vingtaine d'années, de leurs humiliations à leurs rares triomphes. Hannah, l'éternelle stagiaire, rêve de devenir écrivain ; Marnie, sexy et un peu garce sur les bords, ne manque pas d'ambition; et Jessa, hippie dans l'âme, aimerait gagner sa vie de son art...

Je ne sais pas depuis combien d’année je regarde Girls. Très longtemps en tout cas et je ne l’ai toujours pas fini. Je ne sais pas trop ce qui m’a prise j’ai été prise mi-mars d’une pulsion et j’ai engouffré deux saison (avant le confinement). J’aime toujours autant, elle fait partie des séries pas trop prise de tête que l’on suit et regarde quand on en a envie. L’histoire de 4 amies New-Yorkaises et leurs aventures. Et je peux vous le dire elles passent par beaucoup de chose durant ces saisons. Il m’en reste 2.




Vikings S1

Scandinavie, à la fin du 8ème siècle. Ragnar Lodbrok, un jeune guerrier viking, est avide d'aventures et de nouvelles conquêtes. Lassé des pillages sur les terres de l'Est, il se met en tête d'explorer l'Ouest par la mer. Malgré la réprobation de son chef, Haraldson, il se fie aux signes et à la volonté des dieux, en construisant une nouvelle génération de vaisseaux, plus légers et plus rapides...

Durant le mois de février j’ai décidé de me lancer dans Vikings. Il me reste un seul  épisode pour finir la saison et je bloque. Je n’ai pas cette envie de connaître la suite… Vaut-elle le coup ? Ou faut-il mieux que j’abandonne ?



American Horror Story - 1984 S9


Cinq amis se font engager le temps de l'été comme moniteurs au Camp Redwood. Très vite, ils découvrent qu'il y a quelque chose d'encore plus terrifiant que les effrayantes histoires de feu de camp...

Commencée en septembre puis mise de côté par manque de temps j’ai profité de quelques heures de trains pour regarder les 3 épisodes qu’il me manquait. Je ne suis pas une experte en AHS, je n’ai vu que deux saisons. Mais j’ai plutôt bien aimé celle-ci. Assez loufoque pour ne pas paraitre trop réelle mais en même temps assez prenante et avec la bonne dose d’horrifique.


Les demoiselles du téléphone S1-2


Les années 1920 à Madrid. Quatre opératrices de la Compagnie Nationale du Téléphone sonnent la révolution en gérant amour et amitié dans un milieu professionnel moderne.

2 saisons en une journée… Je venais tout juste de finir un livre espagnol, je ne savais pas quoi regarder alors j’ai demandé à mon copain de tirer au sort c’est tombé sur cette série. En ce moment je n’ai pas envie de chose trop compliqué. C’est le genre de série un peu cul cul la praline qui fait très bien son travail. Et en plus de ça Yon Gonzalez (Gran Hotel) joue dedans. Une série sans grande prétention mais qui se regarde assez facilement, et dont les questions sont très justes. 


Formula 1 : drive to survive S1


Pilotes, directeurs ou propriétaires d'écuries… Qu'ils soient sur le circuit ou dans le paddock, ils sont prêts à tout et vivent la saison de Formule 1 à 300 à l'heure.

Avec le coronavirus les Grand Prix de Formule 1 sont annulés un à un lentement mais surement. Pour l’instant la saison devrait reprendre avec le Grand Prix du Canada. J’ai de l’espoir… Mais en attendant il me fallait quelque chose à me mettre sous la dent alors mon frère m’a très vivement encouragé à regarder la série/documentaire Netflix. J’ai vraiment bien aimé le côté caché de la F1 que l’on ne voit pas toujours dans les journaux. De quoi donner une passion même pour ceux qui n’aime pas forcément la F1 à la base. Je vous la conseille vivement !


Voilà pour ce mois de Mars que je découvre tout de même bien rempli ! J’espère que celui d’Avril le sera tout autant ! Disney + démarre demain. J’ai beaucoup d’idée et de chose à découvrir ! Je me demandais également si ce format avec un court avis vous convenez ou si vous souhaitiez quelque chose de plus développé. Dites le moi en commentaire. Que regardez-vous en ces temps de confinement ? 

Ca commence par moi de Julien Vidal

On se pose énormément de questions sur l’avenir de notre planète. Et au vu des annonces catastrophiques que l’on nous propose je tente de trouver des moyens d’agir à mon échelle. Cela fait deux ans que je m’intéresse au zéro déchet et particulièrement depuis que je vis à Paris. Durant tout ce temps j’ai trouvé plein de solutions. Je les ai glanées à droite à gauche sans jamais ouvrir un livre sur le sujet. Je n’en ai jamais vraiment trouvé l’utilité et les discours que ceux-ci véhiculent ne me correspondent pas vraiment. Fin janvier je me suis mise à écrire un article pour la rubrique écologie du journal de mon école. Je me suis alors dit qu’il était temps de me documenter un peu plus. En allant en librairie j’ai jeté mon dévolu sur 3 livres : La guerre des métaux rares de Guillaume Pitron (je précise que je suis en école d’ingénieur), Comment tout peut s’effondrer de Pablo Servigne et Raphaël Stevens (qui est une référence dans le domaine et dont je vous parlerai sous peu) et pour finir le livre dont je souhaite vous parler aujourd’hui Ca commence par moi de Julien Vidal.



Pourquoi ai-je voulu le lire ? Parce que Julien Vidal semble être, au début de sa prise de conscience, un français lambda et qu’il véhicule une idée que j’aime le changement commence par nous.

Une fois acheté je l’ai dévoré. C’est le récit de son évolution, de ses baisses de motivations, de ses réflexions. C’est un livre qui se lit très vite, très instructif. Il faut également le dire, il est très bien organisé et très bien écrit. Il m’a réconforté. M’a montré que ce n’était pas grave si les personnes avec qui l’on vit ne partage pas les mêmes valeurs, qu’il est possible de composer avec ces différences. J’ai réussi à m’identifier à ce qu’il avait pu traverser. Il m’a également permis de découvrir d’autres façons d’agir, des façons d’agir sur Paris. C’était principalement ce que je cherchais.

Julien Vidal peut être de très bon conseil dans ce livre mais il ne faut oublier d’avoir un esprit critique et se dire qu’il a été publié en 2018. C’est court je sais mais c’est également très loin. J’ai démarré ce livre en me fiant à ce qu’il disait mais petit à petit mon esprit scientifique a tilté et j’y ai retrouvé des discours d’écologistes politiques. Je ne me le cacherais pas je suis pour le nucléaire. Les énergies renouvelables c’est superbe mais ça ne suffit pas et l’emprunte carbone à la production et au recyclage est une catastrophe. Les progrès technologiques font qu’un panneau solaire est plus rentable qu’auparavant mais ne l’est pas assez. On pense trop souvent qu’une énergie solaire c’est vert parce que ça vient de la nature. On oublie que pour créer les systèmes permettant de récupérer de l’énergie il faut extraire de nombreux métaux rares, métaux rares qui s’amenuisent. Aujourd’hui, le nucléaire est dénigré à cause de ses déchets, mais si nous avons des déchets nucléaires c’est parce que les écologistes ont refusés que l’on engrange des recherches sur leur réutilisation. Ce que les politiques donnent comme la solution ne l’est pas toujours. N’oubliez pas que ce sont des politiques et qu’ils sont plutôt du registre de l’économie, fiez-vous plus aux scientifiques du domaine concerné.

Voilà, j’aurais plutôt débattu sur le sujet que donné mon avis sur ce livre et je tiens à souligner qu’aucun livre n’est parfait. J’ai apprécié ma lecture, c’était très instructif pour de nombreux points et avoir un témoignage de la démarche est superbe et peut encourager certains. Mais si vous le lisez n’oubliez pas de garder un regard critique sur ce que vous lisez. Et cela vaut pour tous les livres instructifs que vous pourrez lire.

Auteur : Julien Vidal 
Edition : Points
Parution : 2018
Pages : 320
Thème : Pratique

The promised neverland tome 7 à 12



J’ai tendance à ne pas vous parler de chaque manga que je lis. Les séries sont énormes et vous parler de chaque tome n’est au final pas très intéressant. Ce que l’on veut savoir le plus souvent c’est est-ce que se lancer dans une telle série vaut le coup ? Alors 6 tomes après mon premier avis de the promised neverland, je vous parle aujourd’hui de mon avis sur l’ensemble des tomes 7 à 12. Pas de spoil le résumé qui suit est celui du premier tome.


Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et sœurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

[Séries / Film] Bilan du mois de Février

Hello ! Le mois de février a rimé avec mon retour à Paris pour mes études. Je pensais avoir regardé moins de série mais finalement j’ai tout de même un bon quota. Je ne vous ai mis que les séries dont j’ai fini une saison, plus un film qui me donnait envie depuis bien longtemps ! Le mois de mars sera une autre affaire, reprise de la F1 donc certains de mes week end vont être bien remplis mais je vous prépare de nombreuses choses pour ce mois de mars. Mais avant ça revenons sur celui de février.




The good place S4


À sa mort, l'égocentrique Eleanor Shellstrop se retrouve par erreur dans un monde paradisiaque. Déterminée à y rester, elle va tenter de devenir une meilleure personne.

Je ne vous mentirai pas. The good place ce n’est pas la série révolutionnaire. Il y a beaucoup de répétition mais pourtant on aime ça. Et en finissant cette série on peut se rendre compte que de nombreuses choses sont dénoncées. Une fin qui clôture les choses à merveille. Je n’en attendais pas moins.




Hilda S1


La petite Hilda, enjouée et insouciante, quitte sa forêt enchantée pour vivre des aventures à la ville, où elle rencontre de nouveaux amis et de mystérieuses créatures.

Ici il s’agit d’un dessin animé jeunesse. Tout en douceur, parfait pour combattre le mauvais temps. De fantastiques aventures, un dessin rond aux couleurs réconfortantes.




Locke & Key S1


Après le meurtre de leur père, trois enfants emménagent avec leur mère dans une maison de famille où ils découvrent des clés magiques aux pouvoirs extraordinaires.

C’était la série que je ne voulais pas rater durant ce mois de février. Et j’ai adoré l’ambiance, les personnages, l’histoire. Je la regarderai surement de nouveau d’ici peu, être sûre de ne rien avoir loupé. J’hésite également à lire les comics. Si vous aimez le fantastique, un petit peu horrifique avec beaucoup de mystère, foncez.




La mule


À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d'être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s'est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain.

J’avais envie de voir ce film depuis longtemps. Le rythme est lent, il ne faut pas s’attendre à beaucoup d’action. Les couleurs sont plates. Mais cette histoire est belle, l’évolution est belle, le jeu est beau. J’ai été agréablement surprise.



Voilà tout pour ce mois de février. J’espère pouvoir finir d’autres séries durant le mois de mars. On verra bien. De votre côté qu'avez-vous lu et que voulez-vous voir durant le mois de mars ? 

Laissez-vous conter l'histoire d'Orglin la primitive

Je pensais me concentrer sur mes lectures perso, sortir d’une mini panne de lecture avec des livres de ma PAL. Puis j’ai reçu une proposition de service presse de Jean-Marc Dopffer. Une nouvelle, miracle ! Et encore plus une nouvelle fantastique avec un style d’histoire grecque. Il ne m’en fallait pas beaucoup plus.

De tous temps, les royaumes s’érigent puis s’écroulent sous l’oeil des Dieux et de la Mère, créatrice de toutes choses sur Barcil. Tissées afin de garantir l’harmonie du monde, les ficelles du destin de chaque mortel glissent dans ses mains. Ainsi l’Equilibre est perpétué, cohésion précaire entre les morts et les vivants, entre les puissances du monde et du cosmos.
Retirée aux confins des royaumes jumeaux de Tigyl et de Derhil, la petite Orglin vit à l’écart de la civilisation. La demi-elfe ne connaît que sa forêt originelle et l’amour que lui porte ses parents, égalé seulement par l’azur sans fond de la voûte céleste.
Cependant les plans échafaudés par Yencil, le Dieu de la Guerre à l’ambition sans borne, n’oublient pas cette créature. Il l’a compris : dans ses veines coule la science du combat, héritée du passé sanglant de ses parents.
Alors les rouages du monde entrent en action ; la guerre fratricide ébranlant les couronnes royales déversera ses atrocités dans ce havre oublié. Les Danseuses du Ciel sont envoyées sur Barcil avec pour mission d’accomplir ses desseins.
Parviendront-elles à édifier Orglin comme l’une des leurs ? Orglin se montrera-t-elle digne du destin que Yencil lui a réservé ?