La passion Lippi de Sophie Chauveau


Edition : Folio, Parution : 2004 , Pages : 483 ,Genre : Historique

💛💛💛💛

Florence 1414. Un enfant hirsute, aux pieds couverts de corne, griffonne furieusement une fresque remarquable à même le sol d'une ruelle des bas-fonds de la ville. Miraculeusement repéré par Cosme de Médicis et placé au couvent des Carmes, il va faire souffler un vent de passion sur la peinture de la Renaissance. Moine et libertin, artiste intransigeant et manipulateur sans scrupules, futur maître de Botticelli, ses sublimes madones bouleversent son époque. Elles lui sont pourtant très intimement inspirées par les filles des maisons de plaisir de Florence qui en ont fait leur petit prince caché. Peintre voyou, ange ivre, Fra Filippo Lippi invente un rapport nouveau entre l'art et le monde de l'argent et, le premier, fait passer les peintres du statut d'artisans estimés à celui d'artistes reconnus.

Avis


Coucou aujourd'hui je vous parle de ma première lecture de cette annĂ©e 2018 ! Au programme de l'histoire ! Je ne lis pas assez de roman historique pourtant il s'agit d'un genre qui me plait Ă  chaque fois. Pour celui-ci il m'avait Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© il y a deux ans en histoire des arts, quand on a commencĂ© la renaissance. On me l'a reproposĂ©e il y a peu et bien sur je n'ai pas rĂ©sistĂ© cette fois. 

Je pense qu'il faut aimer l'art malgrĂ© tout lorsqu'on se lance dans ce livre. Une personne qui aime l'histoire aussi devrait apprĂ©cier, pour l'histoire de Florence. Mais je pense que si on n'aime pas au moins un de ces deux lĂ , on ne trouvera pas le but de ce livre. 

L’histoire en elle-mĂŞme est classique, on retrace toute l'histoire du peintre Lippi, depuis sa rencontre avec Cosme de MĂ©dicis jusqu'Ă  sa mort. J'ai pu dĂ©couvrir un peintre que je ne connaissais pas, cachĂ© par Masaccio et Botticelli. Pourtant il a fait la liaison entre ces peintres et il a une grande importance. C'est une introduction aux romans qui suivent. Dans son histoire on voit apparaĂ®tre de nombreux autres artistes de la renaissance. On voit la naissance de la renaissance. 

Lippi n'est pas un personnage qu'on apprĂ©cie. Il nous montre l'Ă©volution de son temps. On le voit Ă©voluer avec, comprendre, vieillir. Mais ses actions ne cessent de nous repousser. J'ai eu du mal Ă  comprendre comment les gens pouvaient continuer Ă  aimer cette personne, Ă  lui pardonner ses pires crimes. Je n'aurais pas pu, seul son art et son coup de pinceau font pardonner les choses, ils ne doivent pas disparaĂ®tre alors on le protège. 

Le style de l'auteur m'a perdu par moment. Il Ă©tait parfois trop lourd et d'autres fois enfantins. Je me suis perdue entre les lignes sans avoir pour autant la nĂ©cessitĂ© de relire ce que je n'avais pas compris. Mais malgrĂ© tout je suis restĂ©e plongĂ©e dedans. Je ne sais pas s'il m'aura marquĂ©, ma lecture est encore trop fraĂ®che pour que je puisse vous le dire. 

Donc voilĂ , un livre pas facile, que je ne recommanderais pas Ă  tout le monde, mais qui pourtant doit valoir le dĂ©tour. Une mise en bouche peut-ĂŞtre pour le tome 2. En tout cas je continuerais ma lecture avec Botticelli. 

Bonne lecture ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire