Tous les matins du monde



Auteur : Pascal Quignard
Edition : Folio Plus Classique
Parution : 1991
Pages :175 (avec analyse)


Résumé :


« Il poussa la porte qui donnait sur la balustrade et le jardin de derrière et il vit soudain l'ombre de sa femme morte qui se tenait à ses côtés. Ils marchèrent sur la pelouse. Il se prit de nouveau à pleurer doucement. Ils allèrent jusqu'à la barque. L'ombre de Madame de Sainte Colombe monta dans la barque blanche tandis qu'il en retenait le bord et la maintenait près de la rive. Elle avait retroussé sa robe pour poser le pied sur le plancher humide de la barque. Il se redressa. Les larmes glissaient sur ses joues. Il murmura : - Je ne sais comment dire : Douze ans ont passé mais les draps de notre lit ne sont pas encore froids. »

Avis :


Coucou tous le monde, tout d'abord je vous souhaite une joyeuse Paques ! La récolte des oeufs est déjà passé alors j'espère qu'elle s'est bien passée pour vous et que vous avez pu profiter comme moi de ce jour de repos pour vous plongez dans vos lectures. Aujourd'hui je vous retrouve encore une fois pour un classique. Je touche au bout ! Maintenant ça va être le tour des révisions... Mais bon n'y pensons pas. Dernier livre que j'avais à lire pour cette année : Tous les matins du monde. En plus on a pu voir l'adaptation en cours alors je vais essayer de vous faire un parallèle.

Je pense pouvoir dire presque catégoriquement que les livres contemporains et basés sur des faits historiques de l'époque de Louis XIV ne sont pas pour moi. Je ne dis pas par là que je n'ai pas apprécié ma lecture, bien au contraire, en quelques heures il était fini mais il ne m'a pas marqué. Et j'en ressors sans savoir même quoi vous dire d’intéressant. (Bon je retiens quand même mes propos peut-être que le fais que ce soit une lecture pour les cours n'aide pas.)

Chaque personnage a sa caractéristique bien précise. Les deux sœurs, Madeleine et Toinette s'opposent du tout au tout, l'une est douce et renfermée tandis que l'autre est capricieuse et forte de caractère, pourtant rien dans cette différence ne les sépare. Marin Marais qui arrive presque insouciant représente la face perverti de l'époque par le faste. Ste Colombe, la musique pur des sentiments. Toutefois on découvre très facilement que cette musique cache une face noir, celle de la mort, les apparitions qui s'en résulte donne l'image d'un fou de Sainte Colombe.

Voilà pourquoi le film est important à voir en parallèle. Dirigé par P. Quignard le monde de la musique s'en voit d'autant plus ressorti et voile cette aspect de folie en lui. Mais chose qui faisait l'importance de ce personnage, c'est à dire sa colère, n'est pas assez présente pour moi dans le film, elle gardait encore trop de retenu tandis que dans le livre cette colère semble être une tornade que rien ne peut arrêter.

J'ai dit ne pas aimé lire ce type de classique contemporain, mais je peux tout de même avouer que la plume de Quignard est douce à la lecture et puis les petits chapitres n'étaient pas de refus.

Donc voilà c'est tout pour ce dernier classique. J'espère que vos lectures se passent bien. Pour moi ça va je me suis lancée dans Peter Pan et ça fait du bien de revivre un petit bout de son enfance. Je me rend bien compte que mes articles peuvent être très espacé alors je voulais vous demander votre avis, j'aimerais vous parlez d'autres thèmes que les livres, comme les films, la peinture, la musique, les voyages, mon organisation,... tous plein de chose. Alors ne voulant pas me lancer dans tous ces thèmes à la fois je voulais savoir s'il y a quelque chose en particulier qui vous intéresserais. Vous pouvez me répondre par mail ou en commentaire comme bon vous semble mais j'aimerais beaucoup connaitre vos avis.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Lire d'autres horizons