Avenue des géants


Titre : Avenue des géants
Auteur : Marc Dugain
Edition : Gallimard
Date de publication : 2012
Pages : 361


Al Kenner serait un adolescent ordinaire s'il ne mesurait pas près de 2,20 mètres et si son QI n'était pas supérieur à celui d'Einstein. Sa vie bascule par hasard le jour de l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy. Plus jamais il ne sera le même. Désormais, il entre en lutte contre ses mauvaises pensées. Observateur intransigeant d'une époque qui lui échappe, il mène seul un combat désespéré contre le mal qui l'habite. 


Avis :


Je lis aujourd'hui l'Avenue des géants avec 4 ans de retard, et je peux dire que c'est très grave. Il est fantastique en tous points ! J'avais lu la chambre des officiers du même auteur, il y a quelques années, et j'avais été frappé par son écriture. Je le suis toujours autant.

Marc Dugain ne nous cache pas vraiment ce qu'il va advenir de Al Kenner, puisqu'on rencontre ce personnage durant sa vie en prison. C'est lui qui nous racontera son passé et comment il y a atterri. Cette connaissance du futur nous oblige tout au long du livre à chercher la chose qui l'enverra en prison. Au premier abord Al Kenner nous parait tout à fait normal, et même après avoir tué, on ne le trouve pas fou. Ses raisonnements paraissent justes, il nous convainc qu'il n'avait pas le choix. On garde espoir quand il quitte l'hôpital psychiatrique. On se dit, ça y est, il va pouvoir vivre, retrouver une vie normale. Cette vie il l'a trouvé, il trouve un travail, décide de se marier, nous donne l'impression de nouer une liaison saine avec sa mère. Tout parait parfais. Trop parfait... On sait que quelque chose va déraper, alors on cherche, on soupçonne, on perd parfois le fil. Car Al gardent des secrets, des secrets qui semblent ne pas perturber les gens, alors on se laisse convaincre que tout va pour le mieux. Au final, on voit arriver la fin du livre et on se dit : mais que va-t-il se passer ? Ce n'est que dans les dernières lignes qu'on découvre que nos soupçons étaient bien fondés, que tout a dérapé il y a bien des pages. Qu'on savait le fin mot de l'histoire, sans le vouloir. Alors, on est un peu déçu, on s'est attaché à Al et on ne voulait pas qu'il tue encore.

Mais, l'Avenue des géants ce n'est pas qu'un thriller biographique. C'est aussi une fenêtre ouverte sur la vie de l'époque. Marc Dugain nous peint l'époque hippie et tout ce qui s'en suit. La vie des jeunes qui ont suivis le courant et qui se sont perdus dans la volonté de paix. L’incompréhension des plus âgés.

Je n'en dirais pas plus. Je me suis retenu de spoiler tellement de chose que je pense qu'il vaut mieux que je m'arrête là, avant que cela ne devienne une catastrophe ! Un coup de cœur, voilà mes deniers mots sur ce livre.

Sinon pour ceux qui l'ont lu, et je pense que vous êtes nombreux, auriez-vous voulu que la vie de Al redevienne normal ?


Psychose d’Alfred Hitchcock


Je reprend le petit rituel de fin de chronique. Pour le coup je ne savais pas trop quoi choisir puis j'ai pensé à Psychose d'Alphred Hitchcock. Ici aussi le tueur nous parait presque normal mais il ne l'est pas. J'en profite pour ajouter que ce film est parmi un de mes préférés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Lire d'autres horizons